INTERVIEW : Rencontre avec Marie–Brigitte Anty. Dirigeante de l’Eau Vive à Hossegor

Marie-Brigitte Anty, dirigeante de l’EAU VIVE, Hossegor

Propos recueilli par Andréa Marcelli, gérant de Sol Semilla, mai 2021

Pour Sol Semilla l’écologie est aussi sociale : adopter de bonnes relations avec nos producteurs, nos fournisseurs, et nos revendeurs fait partie intégrante d’une construction positive de notre environnement.

Des rencontres se tissent par l’intérêt porté à l’autre et donnent du sens à notre travail au quotidien.

Marie-Brigitte dirige le magasin Bio Eau Vive à Hossegor. Elle partage avec nous sa passion, ses valeurs, son envie de rendre vertueuse sa démarche d’entrepreneuse.  Une très belle rencontre.

Andréa : Le passage au bio dans la vie d’une personne s’apparente à un vrai changement de sensibilité et à un vrai engagement.

Quel est le parcours qui vous a amenée à ce changement ?

Marie-Birgitte Anty : J’ai eu la chance d’avoir eu mes deux grand-mères qui ne soignaient qu’avec des plantes ; sans avoir fait d’études, elles étaient de véritables phytothérapeutes ! Je me souviens encore cueillir avec elles du serpolet ou faire des cataplasmes de moutarde ou de choux. Elles m’ont initiée à cette connaissance. J’ai grandi dans le Gers en mangeant essentiellement des produits de jardin, des volailles de la ferme… C’est grâce à cette éducation que ma connexion à la Nature s’est établie, et mon respect pour elle…

Andréa : … les personnes qui vont ont inspirée, étaient donc du cadre familial

Marie-Birgitte Anty : Absolument. Je suis d’origine italienne et fière de l’être ! J’ai reçu une éducation judéo-chrétienne, soulignant l’importance de la famille, mais aussi  le respect de notre environnement et l’attention donnée à ce que l’on mange.  Nous vivions dans une ferme, nous ne traitions rien, nous respections les saisons.

Je me souviens de ma grande mère maternelle soignant la plus jeune de mes tantes, qui faisait des angines à répétition en lui mettant souvent un foulard rouge autour du cou… Une forme de chromothérapie ! J’ai grandi dans cet environnement et c’était donc pour moi une évidence de continuer à le respecter et le transmettre. Pour mes enfants aussi la Nature a été une grande inspiration. Ma fille Laura gère aujourd’hui une cantine zero déchet et vegan, elle est très engagée à faire sa part à l’instar du petit colibri de la légende amérindienne racontée par Pierre Rahbi.    

Andréa : Avez-vous identifié une évolution du consommateur bio et de ses attentes ? Plus généralement, comment voyez-vous le futur des réseaux spécialisés bio ?

Marie–Brigitte: Aujourd’hui les grandes surfaces s’immiscent de plus en plus dans notre secteur. Il va falloir trouver un moyen de se différencier d’eux avec des labels par exemple comme Nature et Progrès.

En ce qui concerne le consommateur, c’est notre rôle de le guider vers une plus grande conscience de son environnement : respecter au maximum les saisons malgré la pression du business et une demande habituée à avoir tout, tout de suite, serait un bon début.

Andréa : Quels sont vos conseils pour vivre mieux ?

Qu’un aliment puisse être aussi considéré comme un médicament. Hippocrate le disait déjà plus de 400 ans avec Jésus Christ. Pour que l’intérieur reflète l’extérieur on doit le soigner aussi en mangeant bien.

Andréa : S’il fallait choisir un superaliment, ce serait lequel et pourquoi ?

Je pense plus à ce dont nous avons besoin. Nous avons besoin de vitamine D, d’Omega 3, de magnésium et de vitamine C. Ces sont pour moi les quatre piliers. Cerveau et corps. J’utilise beaucoup l’huile de Nigelle, un aliment exceptionnel.  

Marie-Brigitte Anty dans son Magasin l’EAU VIVE – Hossegor

Salade de fruits au sirop de yacon & brindilles de spiruline crue au thé vert mentholé

Photo Credit : Sol Semilla – Juin 2020

Pour 4 personnes

temps de préparation: 15 min.

INGREDIENTS

  • 1 demi pastèque (ou melon)
  • 1 grenade
  • 2 à 3 branches de menthe fraîche
  • 1 sachet de thé vert bio
  • 40 cl d’eau chaude
  • 2 c. à soupe de sirop de yacon
  • 2 à 3 c à soupe de spiruline en brindilles

RECETTE

  • Faites chauffer l’eau et laisser infuser le sachet de thé vert, laisser refroidir.
  • Pendant ce temps, préparer la grenade et couper en dés la pastèque ou le melon.
  • Ciseler les feuilles de menthe et réserver
  • Une fois le thé infusé et légèrement refroidi, ajouter le sirop de yacon et mélanger.
  • Dans un saladier, disposer les fruits en morceaux, ajouter la menthe et la spiruline en brindilles et mélanger.
  • Verser le mélange thé vert et sirop de yacon sur les fruits.
  • Déguster frais 🙂

Sport & Superaliments : Entretien avec le Triathlète Arthur Serrières

1. Peux-tu nous parler de ton parcours et de ton rythme d’entraînement ?

 
J’ai commencé le sport assez jeune par le vtt. Je me suis tourné vers le triathlon vers 16ans, je ne sais toujours pas pourquoi. Avec mon passé de vetetiste j’ai rapidement trouvé énormément de plaisir à pratiquer le Xterra, ou Cross triathlon, qui est la version nature du triathlon (natation/vtt/trail). A l’heure actuelle, je suis champion d’Europe et vice champion du monde de la discipline. Si on m’avait dit ça quand j’ai débuté !
À quoi ressemble une semaine sportive pour toi ?
C’est un métier à plein temps. Je m’entraine 30 à 35h semaine. Il faut ajouter les soins kiné, et tous les à côté en plus. Tous les matins je suis dans l’eau à 7h et je finis souvent tard le soir ! Mais j’adore ça. De toute manière, si tu n’aimes pas ce que tu fais, tu ne peux pas le faire bien.


2. Quelles épreuves prépares-tu ? 


Je prépare encore les deux championnats du monde : cross triathlon (fédération public) et Xterra (fédération privée). Je voulais me lancer sur half ironman (1.9km de natation/90km de vélo de route/21km a pied). Tout est chaotique, et pour le moment les 2 championnats du monde ne sont pas annulés. Je m’oriente aussi sur l’embrunman: épreuve longue distance mythique mi aout. 


3. Selon toi, quelle est la définition de ‘superaliment’ ?


C’est pour moi un produit aux propriétés nutritionnelles exceptionnelles.


4. Quel régime alimentaire suis-tu en ce moment ? Depuis combien de temps as-tu inclus les superaliments à ton régime ? 


Je fais très attention avant mes courses où j’ai un régime sans gluten, lactose, sans sucre ajouté ou produits raffinés. Tout le reste du temps je ne mange pas de lactose, pas de viande et je fais attention, tout en me faisant plaisir assez souvent et quand j’en ressens le besoin. J’essaie de manger de saison et bio au maximum. 


5. As-tu vu une nette amélioration ? si oui à quel(s) niveau(x)? Le triathlon étant une pratique pluridisciplinaire, remarques-tu une amélioration accrue de tes performances en natation, course à pieds ou en cyclisme ? 


J’ai perdu du poids et je continue d’en perdre. Je maintiens un taux de masse grasse extrêmement faible (6%) sans blessure, maladie et en restant performant. C’est formidable car le poids joue un rôle dans la performance. J’ai perdu un peu de masse musculaire aussi mais c’est lié à mon sport qui est considéré comme un sport d’endurance. Je me sens bien, énergique et je n’ai aucun déséquilibre alimentaire (j’avais beaucoup de carence en fer avant). J’ai progressé dans tous les sports 😊


6. Pendant une épreuve, de quoi est faite ta collation, y inclus tu des superaliments spécifiques ? 


Sur une compétition, je n’inclue des superaliments qu’avant la course lors de mon dernier repas, ou en récupération. La prise alimentaire durant l’épreuve est une chose complexe, et je ne pense pas pouvoir assimiler les bienfaits de superaliments durant l’effort. Elle se résume en gros à de la boisson spécifique et des gels ou barres dédiées à la compétition. J’aimerais beaucoup trouver des produits qui arrivent à faire le lien entre cette nutrition spécifique et l’ajout de superaliments qui peuvent aider à la performance. 


7. Que recherches tu dans un superaliment (améliorer ta performance globale , ton endurance, oxygénation, ta masse et/ou détente musculaire ?)

 
Je recherche des atouts sur la récupération et l’assimilation de ce que je fais à l’entrainement. Cela passe par de la vascularisation, de la prise ou baisse de masse musculaire par exemple. Bien sûr, toujours dans un but d’amélioration de la performance.


8. Quel régime te paraît idéal et adapté à la pratique sportive intense ? quel(s) superaliment(s) recommandes-tu pour la récupération ?


Il faut manger local, de saison, bio si possible. Se faire plaisir et ne pas se restreindre. Manger beaucoup de fruits et de légumes. Avec de nombreuses heures d’entrainement, il est important de s’assurer qu’on apporte tous les nutriments nécessaires à notre corps, ce qui est complexe.
Pour la récupération j’adore manger du Nopal, il permet de récupérer au niveau nerveux.


9. Si tu devais en choisir qu’un superaliment, ce serait lequel ?


L’acérola, j’en rajoute dans toutes mes salades de fruits !