Focus sur la Klamath : l’algue bleue sauvage


Une microalgue rare


La « Klamath », appelée aussi « AFA » (de son nom botanique : Aphanizomenon Flos Aquae, « la fleur invisible de l’eau ») est prélevée dans un seul endroit au monde, le lac Klamath en Oregon (USA). Notre partenaire fait parti des quatre compagnies locales qui se partagent cette ressource naturelle.


La protection de son écosystème unique


Notre fournisseur dont nous avons visité les installations en 2012, respecte les périodes rares de l’année propices à une récolte dans des conditions optimales. Ce qui permet notamment d’éviter la contamination de l’AFA par la microcystine, une autre micro-algue, qui elle, peut être toxique. La demande du marché étant devenue très forte, certains producteurs récoltent sur des périodes plus étendues commercialisant ainsi constamment une Klamath de moindre qualité.


Des critères de qualité exigeants

Une importation en directe : une traçabilité totale


Nous importons en direct du producteur depuis plus de 15 ans, ce qui assure une qualité et une traçabilité optimale. Étant consommateurs de klamath, nous portons une grande attention à la méthode de séchage employée (Liqua Dry’s® BioActive Dehydration™) qui préserve incontestablement les 115 nutriments (particulièrement de la chlorophylle, la vitamine B12, la phénylétilamine et les acides aminés) naturellement présents dans l’algue.
Une double analyse effectuée à chaque réception nous garantie sa pureté.

Un contrôle qualité stricte

En sus, des analyses à réception, récolter une algue sauvage mérite un contrôle constant de la part de notre fournisseur conscient de travailler un produit se développant dans un milieu sauvage. Ce dernier effectue des contrôles de l’eau du lac toutes les heures en période de récolte.


La grande qualité de notre klamath est aussi liée à sa période de récolte –  au moment des eaux les plus froides, au printemps et à l’automne

Les récoltes se font au printemps et en automne, période de l’année où les eaux restent relativement froides ce qui assurent la qualité de notre Klamath. En effet, lorsque les eaux du lacs montent en température d’autres micro-algues toxiques (microcystine) peuvent apparaître dans certaines zones.

Les dérives du marché

Selon les marques et les distributeurs, un prix bas signifie qu’il existe un risque qu’elle soit coupée avec d’autres algues (au mieux de la Spiruline).

Reconnaître une Klamath de qualité

Comme tous produits, différentes qualités existent, tous les stades de la récolte à la livraison doivent être pris en compte afin de définir la qualité du produit.

  • La récolte et l’origine : Connaissez-vous des périodes spécifiques de récoltes ? Votre revendeur travaille t-il en direct avec le producteur ?
  • Analyses et certifications : Le fournisseur peut-il vous fournir des analyses complètes microbiologiques, taux de microcystine, pesticides, tests bio-électroniques de Vincent, valeurs nutritionnelles complètes ?
  • Traçabilité : Le numéro de lot doit permettre en quelques minutes au revendeur de retrouver le lot et les analyses réalisées sur celui ci. Tous documents peuvent être transmis dans la journée à la personne qui en fait la demande. Le service commercial de Sol Semilla est à même d’envoyer tout document sur demande.

  • La méthode de fabrication : Les méthodes de récoltes propres, le procédé de séchage respectueux du produit, la compression et le stockage dans un environnement sain (à l’abri de la chaleur et de la lumière) sont primordiaux pour assurer la qualité du produit final et sa conservation.

  • Discours commercial sensé et conseils avisés : La Klamath est une algue complète qui agit sur le système nerveux. Le revendeur se doit de ne pas sur-vendre les effets de la Klamath en précisant que ses effets et propriétés seront variables selon chaque personne. Nous conseillerons toujours d’aller consulter votre naturopathe si vous souhaitez prendre de la Klamath pour guérir d’une maladie grave ou si vous en avez guéri.


Découvertes récentes : toujours plus étonnantes !

La Klamath fait l’objet d’études scientifiques de plus en plus poussées. Des propriétés intéressantes pour l’organisme sont découvertes au fur et à mesure. Cette année 4 composants ont été identifiés.

La chlorophylle A Dyvinill

Présente à presque 1 % dans notre Klamath alors qu’elle ne se trouve pas dans trois des céréales germées très riches en nutriments (dont l’orge, blé germés) et qui auraient pu en contenir. La chlorophylle A Dyvinill agit en tant que puissant antioxydant et antimitotique*. Elle contribue à réduire les inflammations et soutient le système immunitaire. Elle permet d’éliminer plus facilement les odeurs dont la mauvaise haleine et améliore de manière générale la digestion, etc…

Les phytols

Antimicrobiens, antimitotiques, diurétiques, anti-inflammatoires, régulateurs de cholestérol, ils ont des effets positifs sur la glycémie et semblent restaurer les fonctions de l’organisme dans les cas de diabètes de type II.

Otelliones A et B

On lestrouve en grande quantité dans notre klamath. Ils ont un rôle antibactérien. Ils facilitent la digestion, la circulation du sang, les fonctions cardiovasculaires. Ils aident à la détoxification de l’organisme et à réguler la glycémie. Ils soutiennent le bon fonctionnement des fonctions neurologiques, renforce le système immunitaire et aide à la cicatrisation. Ils préviennent l’apparition de tumeurs, sont antituberculeux et réduisent les risques d’épilepsie et de convulsions.

La mycosporine en tant qu’acides aminés

Des traces de mycosporine ont été détectées dans notre Klamath. Connue pour être un puissant antioxydant qui protège contre les effets des rayons Ultra-Violet. Elle assure une protection puissante et profonde des cellules en stabilisant les radicaux libres et en empêchant l’oxydation due aux rayons UV.

*s’oppose à l’accomplissement des mitoses, c’est-à-dire à la division et donc la multiplication de certaines cellules. On les utilise pour traiter des cancers ou des leucémies.

Entre le guarana et le café mon cœur balance !

Voici un bref article visant à les présenter et à comparer leurs propriétés.

Le café reste une denrée largement plus répandue et cultivée que le guarana.

Si nous retrouvons en moyenne un taux de caféine en moyenne de 1,5 % dans le café, le guarana lui en contient plus de 4 %.

Points communs : des origines, des propriétés similaires & dosage modéré

Tout comme le café, le guarana est considéré comme un bon stimulant naturel et maintient éveillé. Ils sont tous deux amers et riches en caféine.

Ils aident à la concentration et améliorent le pouvoir de raisonnement.

On leur prête également beaucoup d’autres propriétés comme celle d’être aphrodisiaque, diurétique et astringent.

En règle générale, nous recommandons de favoriser la modération pour ces deux produits.

Notamment pour les personnes sujettes aux reflux gastriques et à l’hypertension…

Selon les organismes, suite à la caféine contenue dans le guarana et le café, les réactions peuvent être bien différentes.

Certaines personnes peuvent avoir une consommation quotidienne, d’autres plus nerveuses et plus sensibles à l’effet de la caféine privilégient la prise occasionnelle pour combattre une fatigue ponctuelle (décalage horaires, veille, effort sportif).

Une fatigue chronique doit être prise en compte et un réguler par un traitement de fond qui mérite un entretien avec des personnes compétentes (naturopathes …)

Les propriétés spécifiques du guarana

En raison de sa teneur élevée en antioxydants (renouvellement des cellules), vitamines ( C et A), minéraux (calcium, sodium et fer) , le guarana est capable de soutenir les fonctions corporelles et d’aider au maintient d’un système immunitaire fortifié.

En tant que plante thermogénique, il aide le métabolisme à repousser la sensation de fatigue lors d’un effort physique et à brûler les calories, et donc favoriser la perte de poids.

Son effet énergétique dure environ 5h et les effets s’estompent en douceur.

Notre guarana blanc: une graine éco-responsable

Le guarana blanc que nous importons est le 1er guarana certifié biologique au Brésil, non-torréfié cultivé sur des terres éloignées des cultures intensives) de manière biologique par une coopérative regroupant des fermes familiales qui selon doivent garder 80 % de leur terres en de foret natices, on les surnomme ainsi les gardiens de la foret.

Ce guarana lentement torréfié de manière traditionnelle permet la préservation des différents nutriments. l’apport en caféine est alors équilibré et plus harmonieux ce qui n’est pas le cas des guaranas issus de productions intensives et rapidement torréfiés pour plus de rentabilité.

Pourquoi blanc ?

Le procédé de transformation donne un aspect blanc à la poudre obtenue ce qui indique qu’il a été séché de façon traditionnelle dans des fours plats en argile à basse température en prenant bien le temps d’enlever l’écorce marrons foncé qui l’enrobe. Cette étape est parfois zappée. Les graines sont réduites en poudre encore enveloppées de leur écorce, irritante pour les intestins. Vous pouvez reconnaître une poudre dont la transformation a été négligée facilement car elle est souvent foncée et ponctuée de petits points noirs (morceaux de l’enveloppe réduit en poudre).

Comment le préparer ?

Graines

Vous pouvez tout simplement vous procurer des graines (recouverte d’une coquille qu’il faut retirer), la placer dans votre bouche, attendre quelques minutes avant de croquer.

Il est recommandé de prendre une graine à la fois toutes les 3h à 5h environ selon les personnes, espacez plus ou moins les prises.

graines de guarana sol semilla

Poudre

Nos producteurs les décortiquent sur place et les réduisent en poudre afin de pouvoir l’incorporer dans des recettes de boissons énergétiques chaudes ou froides ( smoothies, jus de fruits, dans un milkshake allié à la poudre de cacao ou encore une boisson chaude au cacao le matin).

Le guarana café

Nous avons développer une recette de boisson à base de cacao cru, guarana et poudre de cardamome, la boisson ressemble à s’y méprendre à un véritable café en terme d’effet et d’aspect…sa saveur unique, quant à elle nous vous laissons la découvrir…

Voir la recette du guarana café ici ou retrouvez le guarana café en dégustation dans notre restaurant.

GUARANA CAFE

La chlorelle ou chlorella, l’algue détoxifiante

 (article paru dans « La vie Naturelle – N° 218/Septembre 2005)

Véritable « aspirateur » à toxines et métaux lourds, la chlorelle est également douée d’un grand nombre de propriétés médicinales. Elle s’avère particulièrement revitalisante, renforce notre système immunitaire, assainit la flore intestinale et de plus, elle est très nourrissante (Geneviève Maillant).

Tout comme la spiruline, la chlorelle est une micro-algue d’eau douce apparue il y a plus de trois milliards d’années, contenant une quantité de nutriments et un taux de chlorophylle exceptionnels.

Elle fut découverte à la fin du XIXème siècle par un biologiste hollandais, mais resta longtemps simplement utilisée à des fins d’études scientifiques concernant la photosynthèse. Ce n’est qu’au milieu du XXème siècle que l’on prit conscience des vertus nutritionnelles extraordinaires de ce végétal puisque l’on le retient parmi quelques autres pour éliminer la faim dans le monde.

Hélas la faim n’est toujours pas éradiquée, mais la chlorelle nous offre tout de même ses nombreux bienfaits thérapeutiques.

Une riche composition

Ses bienfaits sont nombreux et le premier d’entre eux se trouve dans le CGF, le Chlorella Growth Factor, un processus de reproduction par division cellulaire exceptionnellement rapide puisque chaque cellule de la chlorelle se divise en vingt-quatre heures en quatre cellules filles. Or, ce CGF qui régénère les cellules de la chlorelle régénère également les nôtres et stimule notre système immunitaire. Plus précisément, le CGF, composé de vitamines, d’ADN, d’ARN, et d’acides aminés, provoque une augmentation des lymphocytes T et des cellules saines de l’organisme, accroît la production des lactobacillus au sein de la flore, et enfin, assure une stimulation énergétique de tout l’organisme pendant plus de dix heures, permettant notamment aux sportifs de gagner sensiblement en puissance et en résistance.

Un autre composant utile, la sporopolléine, qui est la membrane fibreuse de la chlorelle, lui permet d’absorber d’une manière tout à fait unique, de nombreux polluants comme les métaux lourds, les pesticides, les insecticides et engrais chimiques en les éliminant ainsi de la nourriture avec laquelle elle est mélangée, aidant aussi l’organisme à s’en débarrasser.

La chlorophylle est un autre élément essentiel de cette algue et assure tant par sa qualité que par sa quantité, une oxygénation maximale des tissus et un assainissement efficace de la flore intestinale. Cette association de la sporopolléine et de la chlorophylle combat aussi bien les polluants chimiques que les bactéries. C’est donc bien un des meilleurs « nettoyants  » de l’organisme.

Enfin la chlorelle contient également en très grande quantité des minéraux et des vitamines, ce qui globalement en fait un complément alimentaire particulièrement revitalisant, tout spécialement riche en vitamine B et en phosphore : on peut aussi la prendre en cas d’insomnie.

Des propriétés étendues

La première propriété reconnue de la chlorelle était simplement d’ordre nutritif. Durant la première guerre des expériences furent faites pour nourrir les troupes allemandes à l’aide de cette algue.

A l’état naturel, la chlorelle reste très indigeste et il a fallu attendre les années 70 pour la rendre assimilable à l’aide d’un procédé d’éclatement de sa membrane cellulaire.

Parallèlement au Japon, on a commencé à utiliser cette algue dans les boissons et les biscuits distribués aux enfants, avant d’étudier ses vertus médicinales proprement dites et découvrir qu’elle a des effets bénéfiques dans la lutte contre la constipation, les ulcères gastriques, et duodénaux, les cicatrisations, la régénération des cellules et la protection contre les maladies respiratoires.

Aujourd’hui des études ont permis d’établir une liste précise de ses propriétés.

Cette algue :

  • restaure la flore intestinale et normalise la constipation,

  • stimule les défenses immunitaires et agit comme un antibiotique,

  • régule l’équilibre acido-basique,

  • calme le système nerveux, et lutte contre l’insomnie

  • régénère les cellules

  • combat l’hypertension

  • diminue le mauvais cholestérol et augmente le bon

  • fixe et élimine les toxines et les métaux lourds

  • favorise la cicatrisation

  • referme les gencives sur les dents déchaussées (en application externe)

  • atténue certains troubles liés à la ménopause

  • augmente l’énergie chez les sportifs, les convalescents, les femmes enceintes ou allaitantes ainsi que chez les stressés ou les fatigués.

  • augmente la densité musculaire chez les enfants.

  • Aucune contre-indication n’a jamais été notée. Mais, étant douée de la capacité d’absorber les métaux lourds, la chlorelle doit être impérativement choisie dans le circuit du marché bio et d »alimentation diététique.

Propriétés 

  • antioxydant

  • riche en ADN/ARN végétal

  • élimine les toxines

  • renforce les défenses naturelles

  • régulateur général

  • énergisant

  • contient 17 vitamines et minéraux, 18 acides aminés et 4 fois plus de chlorophylle que la spiruline.

Les synergies 

Pour une action décuplée, la chlorelle peut se prendre avec d’autres plantes et compléments nutritionnels, et tout d’abord, avec ceux qui, comme elle, luttent contre la pollution : EDTA, DMSA, pectine de citron, magnésium, coriandre, acide alpha-lipoïque, extrait d’ail, alkyls-glycérols, mélatonine, spiruline, extrait de papaye fermentée ou chitosan…

Certains d’entre eux bénéficient d’une synergie vraiment exceptionnelle.

Le chitosan par exemple, un polysaccharide proche de la cellulose végétale, présente la particularité d’attirer les lipides comme une éponge, et avec eux, les métaux lourds délogés par la chlorelle, empêchant ainsi leur absorption et les entraînant dans l’élimination fécale. On prendra généralement la chlorelle le matin et le chitosan avant le repas de midi avec un grand verre d’eau.

La coriandre, une herbe aromatique capable d’extirper le mercure, le cadmium, le plomb et l’aluminium des tissus, se prend à raison de 2 gélules juste avant le repas, en association avec la chlorelle et l’extrait d’ail des ours.

L’odontella, une algue riche en Oméga 3, est un autre de ces excellents compagnons de la chlorelle, mais ici, pour agir sur les débuts d’ostéoporose et la déminéralisation.

L’herbe d’orge enfin, s’allie aussi très bien à la chlorelle et à la spiruline dans tout régime détoxiquant et surtout dans le cadre d’une cure de minceur.

De plus, l’action conjuguée des différentes chlorophylles agit comme anti-inflammatoire et antioxydant. On conseille de prendre le mélange quand l’estomac est creux, vingt minutes avant un repas.

www.accord-nature.com