L’açaï : Une légende émouvante

Baies d’açaï fraichement récoltées – credit : @solsemilla

La profondeur du lien entre les Brésiliens et l’açaï est illustrée par une légende vraiment émouvante.

Il était une fois…. une tribu d’indigènes vivant dans le delta du Rio des Amazones, qui fut frappée par une terrible famine. De peur que tous les membres de la communauté ne meurent de faim, Itaki, le chef de la tribu, ordonna de sacrifier chaque nouveau-né au dieu Tupà jusqu’à ce que son peuple ait de nouveau assez à manger.

Itaki ne montra aucune pitié même lorsque c’est fut sa fille Iaça a accoucher, en sacrifiant sa petite-fille. Iaça, désespérée, se traîna jusqu’à sa hutte, où pendant des jours et des nuits pleura la mort de l’enfant. Elle supplia le dieu Tupa par tous les moyens pour que cessent les infanticides. Une nuit, Iaça entendit sa fille pleurer et sortit dans la forêt tropicale. Elle crut la voir appuyée contre un palmier et l’a serra dans ses bras. Quand elle réalisa que ce n’était qu’une hallucination, Iaça pleura toutes les larmes de son corps. Le lendemain matin, ils la trouvèrent morte, agrippée au tronc de l’arbre, les yeux sans vie levés au ciel. Ses lèvres étaient rouge violet et semblaient sourire. Le père suivit le regard d’Iaça et vit qu’il s’adressait aux fruits du palmier, des baies bleu foncé et violet. Il ordonna alors de les cueillir et réalisa qu’elles donnaient un jus très nutritif. Il remercia Tupa pour cette nouvelle source de nourriture et donna au palmier le nom de sa fille, mais avec les lettres inversées : açaï. C’est ainsi que le souhait d’Iaça se réalisa, car depuis ce jour, plus aucun bébé ne fut sacrifié. Depuis lors, le palmier açaï est un aliment de base pour les peuples indigènes du bassin amazonien, et même aujourd’hui, beaucoup se sentent encore liés à la souffrance de ces mères.

Et c’est pourquoi certains appellent la baie d’açai içà çài ou « le fruit qui pleure ».

En réalité pendant des siècles, l’açaï est resté un aliment de base des populations sud-américaines, les seules à le consommer en étant conscientes de ses effets bénéfiques. Aujourd’hui, l’açaï est de plus en plus connu et apprécié dans le monde entier.

L’énorme teneur en colorants végétaux au pouvoir antioxydant (anthocyanines), mais aussi en fibres et en acides gras non saturés, en vitamines et en minéraux, fait de l’açaï une excellente source d’énergie, voire un aliment presque parfait. Le grand potentiel antioxydant, c’est-à-dire la capacité à combattre les radicaux libres, ouvre en effet des scénarios incroyables.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *